Variance met à la disposition des éditeurs, philologues ou généticiens, une plateforme simple, efficace, fiable et gratuite, pour la publication des œuvres ayant circulé en plusieurs versions.

L’objectif de la collection est d’offrir un support qui permette de réunir toutes les versions d’une même œuvre, moderne ou ancienne, et d’assister l’interprétation des transformations, d’une édition à l’autre.

Catalogue

Charles Perrault


VARIANCE_PERRAULT_COMPOSITION.jpg

Histoires ou contes du temps passé

Tout le monde lit, a lu ou s’est fait lire les « Contes de Perrault ». Mais sous ce titre forgé par la tradition, que lit-on ? En réunissant pour la première fois le manuscrit des Contes de ma mere loye, « La Belle au bois dormant » paru dans le Mercure Galant et les deux publications autorisées du recueil, la présente édition livre tous les témoins de la genèse éditoriale de cette œuvre majeure du patrimoine littéraire francophone.

Comparaisons

0.1. « La Belle au bois dormant », Manuscrit
Mercure Galant
0.2. « La Belle au bois dormant », Mercure Galant
Barbin 1
1. Manuscrit (1695)
Barbin 1 (1697)
2. Barbin 1 (1697)
Barbin 2 (1697)

Honoré de Balzac


peau_de_chagrin.jpg

La Peau de chagrin

Mû par des motifs aussi variés que le perfectionnement stylistique, la formation de recueils, le déplacement générique ou encore l'intégration à La Comédie humaine, Balzac est l'un des auteurs qui a le plus réécrit ses œuvres après publication. Exemple remarquable, La Peau de chagrin connaît huit versions successives, de 1831 à 1845, publiées, contrôlées et assumées par l'écrivain - chacune plus « définitive » que la précédente !

Comparaisons

0.1. « Le Dernier Napoléon » 1830
Gosselin 1831a
0.2. « Le Suicide d’un poète » 1831
Gosselin 1831a
0.3. « Une débauche » 1831
Gosselin 1831a
1. Gosselin 1831a
Gosselin 1831b
2. Gosselin 1831b
Gosselin 1833
3. Gosselin 1833
Werdet 1835
4. Werdet 1835
Delloye & Lecou 1838
5. Delloye & Lecou 1838
Charpentier 1839
6. Charpentier 1839
Furne 1845
7. Furne 1845
Charpentier 1845

Gustave Flaubert


vignette_education_sentimentale_v1.jpg

L’Éducation sentimentale

À sa publication en 1869, L’Éducation sentimentale présente déjà les marques structurelles et esthétiques de la modernité qui sera célébrée par la suite. Néanmoins, elles ont été notablement accentuées dans la « nouvelle édition », parue en 1879 – au terme d’une relecture par l’auteur aussi indéniable que contrariée par l’incurie des typographes. C’est cette édition qui a donné au roman sa physionomie définitive – postérieure à Trois contes et concomitante à la rédaction de Bouvard et Pécuchet.

Comparaisons

Lévy (1869)
Charpentier (1879)